Recension de "Sapiens" de Harari

vendredi 17 novembre 2017
par  Jean-Luc LEFEBVRE

J’ai lu les deux ouvrages de Yuval Noah Harari, "Sapiens » et « Homo Deus ». Qui se ressemblent …
Ces lectures alimentent ma réflexion pour l’ouvrage « Humanitas » que j’ai toujours en chantier et qui progresse doucement…
Pour ceux qui n’auraient pas lu « Sapiens », ci-joint une forme de recension que j’ai incorporée dans la rédaction d’Humanitas où je mets en parallèle cette lecture avec la vision de Teilhard. Le document joint est inédit et perfectible, car en attente de finalisation avant publication. Vos observations sont les bienvenues…
En revanche, je n’ai pas encore rédigé de recension d’Homo Deus. Je ne souscris pas aux thèses d’Harari qui pose en préalable que l’intelligence animale et même humaine est en fait constituée d’algorithmes, tout comme l’intelligence artificielle… L’Homme serait donc privé d’un « supplément d’âme » et nous nous acheminerions vers un monde régi par les données et les algorithmes, dénué de toute humanité au sens compassionnel du terme… Ce n’est évidemment pas la vision de Teilhard, de Sallantin et pas davantage la mienne qui défend la conviction que les qualités humaines individuelles deviennent globales et affectent l’humanité tout entière.

PDF - 109.5 ko
Recension de "Sapiens" de Harari par J-Luc Lefebvre
projet de 4 pages

Commentaires

Logo de Bernard C
vendredi 17 novembre 2017 à 18h02 - par  Bernard C

J‌e réagis immédiatement à ton mail et pièce jointe Jean Luc. Heureux de savoir que tu poursuis tes réflexions sur ce que tu nous avais annoncé que tu nommes "Humanitas ". A ce propos pourquoi ce nom latin ? Mais aussi que tu aies repris une activité opérationnelle.
​Je suis tout a fait d’accord avec tes références à Harari (excellente recension ce qui n’empêche pas d’intégrer les remarques de Michel Godron) et à Teilhard (excellente synthèse des points clé de son œuvre). J’y ajoute Xavier Sallantin qui intègre conceptuellement l’essentiel notamment de ces deux œuvres.
.../... à suivre

Logo de Bernard C
vendredi 17 novembre 2017 à 18h03 - par  Bernard C

​... Tu devrais être intéressé par ma tentative de démonstration sur le point de vitalisation comme première prise de pouvoir sur la matière par un système autonome. A ce propos je veux dire à Michel Godron que je n’emprunte pas à Joël de Rosnay une définition complète de la vie, comme il le fait dans son livre, mais 3 propriétés / capacités essentielles.
​Alors je suis bien d’accord avec Harari quand il décrit la vie organique comme étant un algorithme après avoir montré que la vie biologique est réglée par le programme ADN. J’ai bien dit la vie organique. Montrant que le processus utilisé par l’intelligence (esprit -mind) est aussi un programme associé à une banque de données prélevée au moment et/ou extraite de la mémoire, ouvre la porte à l’intelligence artificielle. Pour l’intelligence elle même il faudrait montrer qu’elle est le résultat d’un ADN suffisamment complexifié (par le nombre et la disposition de séquences d’ADN élémentaires) Que dire ensuite d’une programmation culturelle par l’éducation... La clé est un programme -logiciel et une base de donnée...C’est pourquoi l’intelligence artificielle va faire l’objet de grands développements avec la puissance de calcul, de stockage d’informations et l’accès à de multiples sources de données. De plus ce concept de programme peut interroger Big Bang avec sa base de données que sont les constantes universelle par exemple...
​Amicalement Bernard

Brèves

14 juillet 2015 - Débat sur l’encyclique "Laudato si"

Participer au débat sur l’encyclique "Laudato si" du Pape François avec l’outil DIALOGUEA conçu (...)

14 juillet 2015 - La vie de Robert Sarrasac, découvreur de Béna

J’ai le plaisir de vous annoncer la publication (fiche de présentation ci-jointe), aux éditions (...)

26 juin 2015 - 7 au 9 octobre 2015

Conférence « The Genesis of Concepts and the Confrontation of Rationalities » à Louvain-la-Neuve (...)